Energie & éco-construction

Label et certification : les différences

Par Jorhel , le 18 septembre 2021 - 6 minutes de lecture
label-certification-différence

Bien que « Label » et « Certification » soient tous les deux des notions qui indiquent une garantie en termes de qualité, pouvant être attribués à un bâtiment, ils ont des caractéristiques très différentes. Il est donc fondamental de connaître les spécificités de chacun, surtout si vous souhaitez vous lancer dans un projet d’achat ou de construction de logement.

La certification

La certification est une démarche volontaire permettant de prouver que le bâtiment est d’une qualité supérieure par rapport à la réglementation. Elle est donc en rapport avec des services, entreprises ou produits en plus d’être encadrée par une norme. Étant fiable et signalée par un logo, elle consiste à obtenir plus, en termes de niveau de visibilité, et doit correspondre à un véritable gage de qualité.

Elle s’obtient après la réalisation d’une procédure spécifique : un organisme certificateur indépendant et accrédité effectue un audit et une phase de tests pour une évaluation précise et conforme aux exigences énergétiques et environnementales indiquées dans un référentiel. C’est ce même organisme qui délivre ensuite la certification qui est accordée pour une période durable, mais limitée et pendant laquelle, le bénéficiaire assure de veiller au respect des normes de la certification en procédant à un contrôle périodique. Les promoteurs ainsi que les constructeurs s’engagent volontairement à respecter les requêtes nécessaires au fil du chantier de construction, d’isolation thermique ou de rénovation du bâtiment.

Parmi les différents types de certification, on retrouve : NF Habitat, NF par Eurovent Certification, habitat et environnement ou H&E, BBC, NF Habitat HQE et Qualitel.

Pourquoi certifier un immobilier ?

Que ce soit pour un professionnel ou un particulier, l’engagement dans une démarche de certification d’un immobilier procure certains avantages. En effet, cela consiste à juger aisément l’état et la durée de vie d’une maison ainsi que de ses matériaux. La certification permet également de mesurer la consommation en énergie et en eau et de savoir si une isolation thermique est nécessaire. Plus encore, elle consiste à évaluer le confort procuré dans l’intérieur de la maison et de connaitre si celle-ci est durable.
Le référentiel donne des détails bien clairs des différents critères nécessaires sur le confort, la consommation d’eau, le chauffage et le carbone utilisés dans les bâtiments évalués.

Le label

Défini par des signes spécifiques qui se montrent par le nom, le logo et le cahier des charges à respecter, le label assure le niveau de la qualité de l’énergie et de la performance d’un matériau. Autrement dit, il fixe la supériorité de performance à la règlementation pour que chaque logement s’avère performant en termes de qualité de l’énergie et de l’environnement ou encore de qualité de vie. Il sert donc de repère. Les Européens comme les Français lui accordent une certaine importance, de telle manière que le bénéfice d’un label de qualité pour un logement soit souvent exigé.

Contrairement à la certification, le label quant à lui n’est pas soumis à une norme ainsi qu’à un encadrement d’une disposition réglementaire. De ce fait, il s’avère plus facile d’obtention de sorte qu’il puisse être délivré par un organisme privé ou public, non agréé par les pouvoirs publics. Toutefois, certains labels se montrent plus fiables que d’autres. Cela implique donc que plusieurs labels existent et qu’ils n’ont pas tous la même valeur. Si des labels respectent juste une charte sans contrôle, nombreux sont remis par des organismes certificateurs tels BEPOS, E+C, BBCA et HPE rénovation. Un label public est en liaison avec une certification délivrée par un organisme indépendant et également officiel, autorisé par le COFRAC (Comité FRançais d’ACcréditation).

Nous vous conseillons donc de vous renseigner sur les caractéristiques de ceux qui vous intéressent, informez-vous s’ils sont uniquement émis par un organisme spécial comme une entreprise, un syndicat, une association, une école, ou non. Optez ensuite pour ceux qui sont fournis par des organismes reconnus avec vérification par un tiers et qui respectent les critères et les exigences environnementales et énergétiques, conformément aux normes. Notons également que l’obtention d’un label reste payante, tout comme celle de la certification. Les labels peuvent être également associés à la certification NF Habitat- NF Habitat HQE. Cette démarche volontaire peut être un signe positif de la volonté des professionnels à offrir des habitations performantes. Parmi les nombreux labels bâtiments existants, les plus courants sont : Passivhauss, Eco Artisan, BBCA, Biosourcé, Acermi, BBC, effinergie et CS TBat.

Quels sont les avantages liés à la disposition d’un label ?

La possession d’un label permet à une marque de se démarquer face aux autres services ou produits similaires. En effet, c’est un moyen efficace dans votre projet marketing, car il rassure vos clients sur la crédibilité de votre entreprise ou votre association.
De plus, la majorité des organismes de labellisation exécutent un projet de communication, exclusivement sur internet, afin d’informer les clients probables sur les détenteurs de leur appellation. Cela est favorable pour la communication en externe comme en interne. Celle-ci procure aux collaborateurs un fort sentiment d’appartenance, qu’ils travaillent sur terrain ou dans des bureaux. Pour certains secteurs d’activités (surtout dans le secteur tertiaire) et certaines entreprises , cette stratégie trône parmi les critères exigés si l’on souhaite intégrer certains marchés règlementés.

Quels sont les inconvénients liés à la disposition d’un label ?

Bien que la procédure pour l’obtention d’un label affiche certains avantages, surtout pour l’état de votre activité, elle s’avère onéreuse et exige un investissement à long terme.
Des tests ainsi que des contrôles dans vos bureaux et autres lieux de travail seront réalisés fréquemment et cela entraine une certaine rigueur au quotidien: vous risquez d’être exclu du dispositif si vous enfreignez une règlementation.

Vous serez contrôlé via des tests ou des audits, cela implique que vous et votre entreprise devez être irréprochables tous les jours. Si vous ne respectez pas vos engagements, vous risquez d’être exclu du dispositif et ceci pourrait avoir des répercussions graves pour l’avenir de votre entreprise.

Ainsi, avant de se lancer dans la procédure, il est fondamental de se renseigner sur les normes imposées ainsi que les démarches de certifications.

Jorhel