E027 – combien coute une expertise thermique

Evaluer le prix d’une expertise thermique

Dans le cadre travaux de construction ou de rénovation, la réglementation en vigueur impose quelques contraintes, notamment un diagnostic d’efficacité énergétique.

La loi Grenelle, visant à réduire l’impact de l’homme sur l’environnement, a donné lieu à la RT 2012, la réglementation thermique encadrant le secteur du bâtiment. Celle-ci oblige à effectuer une étude thermique préalable à tous travaux. Le but est d’avoir un diagnostic précis des besoins du projet et d’optimiser tous les facteurs liés à la consommation ou l’économie d’énergie.

Concrètement, à quoi sert une étude thermique et quels points sont concernés par celle-ci ? Combien coûte-t-elle, qui est capable de la réaliser ?

combien coûte une expertise thermique

Une étape primordiale

Vous êtes en passe de réaliser un projet de construction et vous ne connaissez pas la RT 2012. Il s’agit d’une réglementation applicable depuis janvier 2013 pour toute nouvelle construction.

Elle porte sur une série de critères qui régissent tous la consommation d’énergie. Des préoccupations telles que l’isolation, l’étanchéité à l’air, l’orientation, le chauffage vont être pris en compte, suite à un diagnostic et un bilan, pour réduire au maximum l’empreinte énergétique de votre future construction.

Dans ce domaine, il n’y a pas de place pour l’improvisation et la prise en compte de tous ces facteurs doit être validée par l’obtention d’une attestation de conformité à la RT 2012.

Dès le dépôt de permis de construire, vous devrez joindre l’étude thermique du projet. Elle va édicter un cahier des charges inhérent à la construction. Le maître d’ouvrage en charge de l’exécution devra attester avoir pris connaissance de ces contraintes et en tenir compte tout au long du chantier. A la remise des clés, une seconde attestation viendra valider la conformité de tous les points sensibles ainsi que le respect des préconisations obtenues par l’étude préalable.

Sachez que cette étape est très importante, tout manquement à ces obligations est passible de lourdes amendes financières et surtout d’une mise en conformité de l’édifice.

Qui en est chargé ?

C’est au bureau d’étude, dès le départ et l’édition des plans, d’étudier la faisabilité d’un projet. Depuis son implantation, jusqu’à ses équipements électriques, tout sera passé au crible pour en optimiser la conception. Le diagnostic portera essentiellement sur trois points, le besoin bioclimatique, la consommation globale et la qualité du bâti.

Bbiomax

Il s’agit du besoin bioclimatique maximum. Celui-ci prend en considération la qualité intrinsèque du bâti, pour en limiter les besoins énergétiques. Autrement dit, c’est la qualité même de ce dernier qui est passée au crible. A l’aide de projections informatiques, on va simuler l’implantation du projet dans son environnement ainsi que modéliser ses caractéristiques. A partir de là, le choix des matériaux, des techniques de construction ainsi que le positionnement seront fixés à partir des résultats. L’isolation des murs, toiture, sera optimisée dès la conception, pour réduire les besoins énergétiques liés à la régulation de la température.

Cepmax

C’est la consommation d’énergies primaires maximale tolérée. Son seuil est fixé à 50 kWh/m². Ce seuil peut être modifié selon la situation (altitude, situation géographique …). On tient compte de tous les équipements qui seront installés dans le nouveau bâtiment. Depuis le chauffage, en passant par la ventilation ou la production d’eau chaude, l’ensemble des accessoires doivent répondre à cette limitation. Le but est de réduire l’émission de CO2 en baissant la consommation d’énergies primaires. Les différents équipements devront donc être très efficaces. On exige l’installation d’appareils à haut rendement.

TIC

On se focalise ici sur la température intérieure maximale atteinte en période chaude. Le confort doit être garanti sans recourir à l’utilisation d’un système actif de refroidissement.

Aux vues de ces spécificités, vous comprendrez la nécessité de faire appel à des professionnels experts. Il est impossible de jouer la carte de l’improvisation !

L’expertise au service de l’efficacité

Encore une fois, c’est l’efficacité qui est mise en avant. Comprenez que cet audit thermique permettra, quel que soit le type de construction, de répondre aux attentes de la réglementation, mais également de réduire considérablement vos factures.

Seule l’expertise thermique d’un bureau qualifié vous permettra d’atteindre le niveau d’efficacité requis. C’est lui qui décidera de quels matériaux permettront le respect de la RT2012 par exemple. Sachez que les contraintes édictées conféreront un haut niveau d’efficacité énergétique à l’ouvrage concerné (très bonne isolation, faible consommation).

Des process tels que la projection thermodynamique cherchent à anticiper toute faiblesse de réalisation. Les menuiseries ainsi que les ponts thermiques seront virtuellement mis à l’épreuve pour éviter toute ‘’fuite’’. Les faiblesses de nos bâtiments d’hier sont la force des constructions de demain.

Dans le cadre de travaux rénovation de l’ancien, il est aussi important de tenir compte de ces contraintes. La réglementation thermique dans l’existant est, quant à elle, propre aux matériaux utilisés. On comprend facilement qu’il est impossible d’attendre le même rendement des bâtiments existants que ceux qui sont construits aujourd’hui. C’est donc la réglementation propre à chaque matériau qui entre en ligne de compte (double vitrage, isolation …).

Quoi qu’il en soit, renseignez-vous si vous projetez des travaux de rénovation, un diagnostic et un bilan de l’état de votre ouvrage s’avèrent toujours intéressants et rentables. 

L’efficacité, mais à quel prix ?

Le coût varie de 300 à plus de 2000 euros, selon l’ampleur du projet. Comprenez que les calculs sont plus poussés lorsqu’on vise une construction passive par exemple (bâtiment qui produit autant d’énergie qu’il en consomme). N’hésitez pas à faire plusieurs devis comparatifs.

Plusieurs facteurs peuvent influer, comme la production d’électricité pour assurer une partie de la consommation. L’installation de panneaux photovoltaïques, par exemple, devra entraîner une réflexion sur l’optimisation et la rentabilité de leur emploi (orientation, positionnement …).

Quoiqu’il vous en coûte, cela vous permettra de gagner en efficacité et en rentabilité. Il faut voir ceci comme un investissement, dont le coût sera amorti sur le long terme (économie sur les factures) et qui vous assurera un confort maximal quelle que soit la saison.

Au-delà de s’inscrire dans une démarche pérenne et responsable vis-à-vis de l’environnement, les économies que vous réaliserez seront suffisamment significatives pour que vous compreniez rapidement l’intérêt.

Quand écologie rime avec économies, il est normal et nécessaire de tout faire pour que ces deux facteurs viennent vous faciliter la vie et vous la rendre plus agréable !

Editeur