Energie & éco-construction

Toit-terrasse : comment assurer son étanchéité ?

Par Thierry , on 15 juillet 2021 - 10 minutes de lecture
Etanchéité toiture

Vous êtes intéressé par l’étanchéité d’une toiture-terrasse ? Venez tout découvrir dans cet article.

Le toit-terrasse est une forme de toiture caractérisée par un seul pan horizontal. Autrement dit, il s’agit d’un toit plat. Son inclinaison doit être inférieure à 15 degrés de pente, sinon, il sera catégorisé parmi les toitures en pente. La plus grande question qui se pose en matière de toiture plate est la suivante : si le toit est si plat, comment se fait l’évacuation des eaux de pluie et de la neige ? En fait, connaître le système de drainage des toitures est primordial pour assurer la durée de vie d’une maison.

En effet, il faut continuellement évacuer les eaux pluviales et la neige afin d’éviter la circulation et l’accumulation de l’humidité sur le toit, une des principales causes de l’apparition de moisissure.

De ce fait, assurer le système d’étanchéité est d’autant plus important qu’assurer le système de drainage. La raison en est simple : si l’écoulement est bon, mais que le revêtement est trop perméable, l’efficacité du drainage se retrouvera limitée, voire même nulle. Alors, comment assurer l’étanchéité d’un toit-terrasse ? Selon les experts et les praticiens en bâtiment et construction, il faut d’abord connaître les matériaux techniques d’étanchéité, puis la structure d’un toit étanche. Ensuite, il faut connaître les règles de précaution et de protection à appliquer en matière de la mise en œuvre d’un toit-terrasse étanche.

Les matériaux techniques qui assurent l’étanchéité d’une toiture-terrasse

Il existe trois principaux types de matériaux qui permettent l’étanchéité d’un toit-terrasse : le bitume, la membrane synthétique et l’étanchéité liquide. Le prix, les caractéristiques et les travaux du revêtement d’étanchéité dépendront de ce facteur crucial de décision.

Le bitume

Le bitume est le revêtement le plus utilisé pour assurer l’étanchéité des toitures terrasses, que celles-ci soient accessibles ou non. En guise de rappel, une toiture-terrasse accessible est une toiture dont la surface peut être occupée par différents usages (jardin, accès piéton, etc.). Ainsi, quelle que soit l’accessibilité d’une toiture-terrasse, l’étanchéité bitumineuse est la forme d’étanchéité la plus répandue en France.

En fait, le bitume est un revêtement solide et étanche, fabriqué à partir de pétrole. Il est vendu sous forme de rouleaux à des prix très abordables. Selon les chiffres récents, un mètre carré de bitume coûterait entre 10 euros et 35 euros.

A part son prix et son incroyable résistance à l’humidité, le bitume a également l’avantage d’être très facile à poser. Pour l’installer, il suffit de fixer le bitume en rouleaux sur le toit. S’il s’agit du bitume liquide ou du goudron bitumineux, il suffit de l’étendre sur le toit.

Pour ce qui est de ses inconvénients, le bitume est connu pour être lourd, peu esthétique et peu écologique.

Quoi qu’il en soit, il existe deux types de bitume :

  • le bitume SBS ou Styrène Butadiène Styrène qui contient de l’élastomère, et ;
  • le bitume APP ou PolyPropylène Atactique qui contient du plastomère.

Par ailleurs, la pose de l’étanchéité bitumineuse peut être en monocouche ou en bicouche.

La membrane synthétique d’étanchéité

Les membranes synthétiques tiennent la deuxième place des matériaux d’étanchéité les plus répandus en France. Il en existe deux qui sont utilisés en toitures : l’EPDM et le PVC.

L’EPDM ou Ethylène-Propylène-Diène Monomère est un élastomère. Autrement dit, c’est un caoutchouc synthétique fabriqué en usine et vendu sous forme de rouleaux. Il s’agit d’un revêtement très résistant et totalement étanche, particulièrement apprécié pour sa grande durabilité, sa légèreté, sa souplesse et sa propriété écologique.

En effet, la membrane EPDM est recyclable. En plus, le prix de cette membrane synthétique d’étanchéité peut convenir à tous les portefeuilles, car un budget de 10 euros à 20 euros peut suffire pour acheter un mètre carré de membrane EPDM de moyenne gamme. Par ailleurs, l’EPDM est facile à poser, à réparer et à entretenir.

Le PVC ou Polychlorure de Vinyle est également une membrane synthétique souple et étanche. Il a l’avantage d’être léger, durable et facile à poser. Il requiert moins de joints que le bitume. Son prix commence à partir de 15 € par mètre carré.

Toutefois, les membranes synthétiques ont l’inconvénient d’être peu esthétique. De plus, leur installation requiert le savoir-faire d’un professionnel formé, car chaque erreur peut nuire à l’étanchéité de la solution, surtout s’il s’agit d’une monocouche.

La solution d’étanchéité liquide

Le système d’étanchéité liquide ou SEL est un revêtement fabriqué à partir de résines synthétiques. Il s’agit d’un matériau très résistant et très étanche qui ne nécessite aucune jointure pour être posé. En plus, il permet de rendre une finition parfaite à bonne durabilité. Le SEL peut même résister face aux fissurations du support.

Par contre, il est connu pour être assez cher et de requérir une pose super-soignée. Son support doit être préalablement préparé afin de maximiser son effet d’étanchéité.

Maintenant que nous savons les trois matériaux d’étanchéité d’un toit-terrasse, qu’en est-il de la technique à mettre en œuvre ? La réponse dans le prochain paragraphe.

La structure d’une toiture-terrasse étanche et les étapes de mise en œuvre

Avant d’entrer dans les étapes de mise en œuvre, il est important de connaître la structure d’une toiture-terrasse étanche. Une toiture-terrasse doit comporter les différentes couches suivantes pour assurer son étanchéité :

  1. Un support : c’est la couche de base sur laquelle doit se reposer tout le système d’isolation et d’étanchéité du toit. Egalement appelé « élément porteur », il est généralement fait de béton ou de bois.
  2. Un écran pare-vapeur : c’est la couche intermédiaire entre le support et l’isolant thermique. Il permet de bloquer la vapeur d’eau de la maison, pour qu’elle ne stagne pas dans l’isolant thermique. L’écran pare-vapeur est généralement fait de feutre bituminé ou de feuilles d’aluminium.
  3. Un isolant thermique : c’est la couche qui permet d’assurer l’isolation de la toiture. L’isolant thermique est généralement fait de laine de verre, de polystyrène expansé, de mousse polyuréthane ou de verre cellulaire.
  4. Un écran d’indépendance : c’est la couche qui permet d’assurer l’indépendance du revêtement d’étanchéité. Il s’agit d’un voile de verre qui a pour mission d’éviter la circulation du revêtement d’étanchéité vers le support.
  5. Le revêtement d’étanchéité : c’est la couche sur laquelle est posé le matériau technique d’étanchéité choisi (bitume, membrane synthétique ou système d’étanchéité liquide).
  6. Une couche de protection : c’est la dernière couche qui permet de protéger le revêtement des grêles ou des UV. Elle est généralement constituée de graviers, de dalles ou de végétaux.

Ces différentes couches doivent être parfaitement superposées de telles sortes à assurer l’étanchéité de la toiture-terrasse. Les étapes d’installation vont alors dépendre du revêtement d’étanchéité choisi.

L’étanchéité d’un toit-terrasse avec du bitume

Pour mettre en œuvre un toit-terrasse en bitume, il faut :

  • Préparer la surface en assurant que l’inclinaison du toit soit comprise entre 2 degrés et 5 degrés de pente ;
  • Appliquer une sous-couche;
  • Appliquer le bitume.

L’application d’une deuxième couche de bitume est tout à fait facultative. Cependant, elle augmente le pouvoir d’étanchéité et de résistance de la toiture-terrasse, surtout si celle-ci est accessible.

L’étanchéité d’un toit-terrasse avec de la membrane synthétique

Pour assurer l’étanchéité d’un toit-terrasse à l’aide de la membrane synthétique, il faut :

  • Préparer le support en le nettoyant et en l’asséchant ;
  • Placer la bande périmétrique ;
  • Positionner la membrane et découper le surplus ;
  • Faire reposer la membrane pendant 30 minutes ;
  • Encoller le support, puis la membrane ;
  • Coller la membrane à la bande périmétrique;
  • Coller la membrane à l’acrotère.

La complexité de la mise en œuvre d’une membrane synthétique sollicite le savoir-faire d’un spécialiste. Ainsi, n’hésitez pas à engager un professionnel pour garantir la qualité de la pose.

L’étanchéité d’un toit-terrasse avec un système d’étanchéité liquide

Dans la mise en œuvre de la pose d’un SEL sur une toiture-terrasse, il faut suivre les mêmes étapes que celles présentées pour l’étanchéité d’un toit-terrasse avec du bitume.

Quelques recommandations en matière de solution d’étanchéité

Maintenant que le revêtement d’étanchéité est posé, sachez qu’il existe différentes solutions de protection. En effet, il existe :

  • la toiture auto-protégée : celle qui est protégée par le revêtement d’étanchéité.
  • la toiture sous protection lourde : celle qui est protégée, en plus du revêtement d’étanchéité, par une couche de protection supplémentaire, telle que les gravillons, etc. Elle peut être adaptée aux toits accessibles et inaccessibles. La protection supplémentaire apporte également un élément de plus pour l’esthétisme de la toiture.
  • la toiture végétalisée : celle qui est protégée par un jardin ou une végétation diversifiée. En plus d’assurer l’étanchéité de la toiture, la végétalisation d’un toit renforce l’isolation de la maison. La végétalisation peut alors être extensive, semi-extensive ou traditionnelle. Quoi qu’il en soit, il faut qu’elle réponde aux règles de l’art.

La simple consultation d’une fiche peut être insuffisante pour prendre une décision sur l’étanchéité de la toiture d’une maison. Pour être certain de votre choix et de la technique à mettre en œuvre, il est toujours bénéfique de consulter l’avis d’un professionnel. Cela peut engager des dépenses de plus, certes, mais rallonge certainement la durée de vie de votre maison.

Thierry

Thierry possède sa propre agence d’architecture. Il accompagne les particuliers depuis la création des plans de leur logement, en passant par la réalisation des démarches administratives jusqu’à la coordination des différents artisans en charge des travaux.