E024 – combien coute etude thermique

Comment calculer le prix réel d’une étude thermique ?

Réaliser une étude thermique est une formalité obligatoire conformément à la RT 2012. C’est pourquoi il existe des offres à prix réduits, visibles sur internet. Attention aux annonces peu sérieuses, vous devez vous tourner vers un bureau d’études thermiques agréé.

Le tarif initial de votre étude dépendra de la surface à analyser et de la fonction du bâtiment. Avant d’avancer des données chiffrées, il faut prendre conscience de l’impact financier à long terme d’une telle étude, ainsi que son bénéfice environnemental pour la planète, mais aussi pour la santé. Elle permet de bénéficier d’une atmosphère saine, sèche et aux températures stables est un atout incomparable de confort.

Qui fait quoi ?

Le maître d’oeuvre contacte un bureau d’études thermiques pour sa réalisation. Il sait généralement où trouver un thermicien agréé. Vous pouvez vous tourner vers leur site internet pour prendre connaissance de leurs activités, de leurs réalisations et de leurs tarifs.

Une démarche obligatoire

L’étude est indispensable si vous voulez faire construire, agrandir ou modifier un ou plusieurs bâtiments, que vous soyez un particulier ou un professionnel, partenaire privé ou public.

Elle concerne les nouveaux bâtiments faisant l’objet d’un permis de construire, à usage privé aussi bien que professionnel (pour une superficie au sol supérieure à 50 m2).

Les projets d’ extension y sont également soumis, sauf cas de dérogation pour certains types d’addition ou de surélévation. Vous en saurez plus en posant la question à un professionnel qui maîtrise le code de l’urbanisme et les différentes lois issues du Grenelle de l’Environnement.

Le thermicien saura vous accompagner dans votre projet. Il vous fera un bilan et des propositions. En effet, il est capable d’anticiper vos besoins à venir et de réduire votre facture énergétique. Il connaît les subtilités réglementaires pour vous permettre de réduire les coûts.

combien coûte étude thermique

Un professionnel doit-il se déplacer sur le (futur) chantier ?

Faire appel à un thermicien permet de bénéficier d’un savoir-faire qui nécessite de se rendre sur les lieux. Outre les conseils et les projections qu’il fera, il est la seule personne ayant le droit d’établir le récapitulatif nécessaire pour obtenir les deux attestations RT 2012. Elles font partie des pièces obligatoires à joindre aux dossiers suivants :

  • Lors de la demande de permis de construire adressée à la mairie ;
  • Pour déposer la déclaration d’achèvement des travaux, délivré la mairie.

Un contrôle du bon déroulement des procédures peut être effectué dans les trois mois qui suivent le dépôt de la déclaration. Ce contrôle est obligatoire pour les bâtiments inscrits au titre des monuments historiques, situés dans un secteur sauvegardé, ou à risques.

En quoi le travail de l’expert consiste-t-il ?

Il analyse les travaux que vous envisagez de faire en se rendant sur les lieux. Il procède à une évaluation des désordres au moyen d’un contrôle visuel puis d’une caméra thermique. Celle-ci permet de détecter les déperditions énergétiques invisibles à l’œil nu.

Un rapport sera établi pour pouvoir envisager différents travaux adaptés pour isoler. Le choix des matériaux évolue et vous pouvez bénéficier de conseils judicieux.

Il établit un bilan en procédant à trois calculs réglementaires et en faisant des propositions pour rendre l’habitat le moins consommateur possible en énergies payantes et non-renouvelables. Pour cela, il réalise une projection thermodynamique qui lui permet d’anticiper avec une grande précision les coûts énergétiques pour les années à venir.

Comment s’y prend-il ? Il vous fait plusieurs propositions, vous permettant ainsi de comparer les différents frais de chauffage, d’eau et d’électricité, induits par le type d’installations que vous choisirez de construire ou de changer.

Il détermine ainsi votre budget à venir, parfois pour toute la vie. Il convient donc de faire une évaluation précise et approfondie. Elle vous engage financièrement à long terme, au-delà de la simple formalité administrative.

Qu’est-ce qu’une construction bioclimatique ?

Elle permet de produire gratuitement une partie des énergies que vous consommez, en faisant par exemple appel aux ressources naturelles dont vous disposez.

Le principe

L’architecte conçoit le bâtiment en tirant le meilleur parti possible de l’environnement naturel : lieu d’implantation, orientation, production d’énergies renouvelables, climat saisonnier (bénéficier de l’ensoleillement en été, se protéger du froid en hiver).

Une maison dite « passive » produit autant de ressources énergétiques de chauffage qu’elle n’en consomme. Il existe désormais des maisons à énergie positive qui produisent un excédent que l’on peut revendre ou partager.

Chaque élément du paysage est à prendre en compte : l’emplacement des arbres, l’orientation des baies vitrées par rapport au cycle du soleil, la nature des sols et des ressources naturelles environnantes (éoliennes et hydrauliques).

Un exemple simple

Une donnée naturelle est désormais mieux prise en compte, comme l’ont toujours fait les bâtisseurs avant l’arrivée de l’électricité : en hiver, le soleil se lève au sud-est. Il  se couche au sud-ouest et reste bas (22° solstice d’hiver). En été, il se lève au nord-est, se couche au sud-ouest, en restant haut (78° solstice d’été). Les façades avec des surfaces vitrées importantes se trouveront donc orientées au sud. Les chambres orientées à l’ouest devront être protégées du soleil du soir.

Au-dela de ces grands principes bien connus, le thermicien vous aidera à concevoir des solutions saines à tout point de vue : environnement, santé et budget. Les travaux d’isolation permettent non seulement de réduire la facture, mais aussi d’accroître votre bien-être au quotidien. La santé dépend notamment d’une température stable et adaptée. Il faut aussi éviter les ambiances humides ; une bonne isolation avec des matériaux choisis permet de bénéficier d’un air sec.

Des innovations qui conjuguent tradition et modernité

Le thermicien sait proposer des solutions parfois simples, mais que l’on a perdues de vue après une période où l’on a consommé de l’électricité sans compter. Les experts internationaux ont alerté les pouvoirs publics d’une urgence écologique à l’échelle mondiale.

Il faut désormais redoubler d’inventivité pour renouer avec des pratiques ancestrales saines (briques en terre cuite isolante, matériaux de proximité, adaptés au terrain et au climat) et les adapter aux nouvelles technologies. Il existe de nouveaux systèmes écologiques capables de fournir l’électricité dont vous avez besoin. Pour se chauffer, il existe aussi des nouvelles solutions que seul un technicien qui connaît votre région pourra vous proposer. Il s’adapte à la topographie, à la nature des sols et au climat environnant.

Le thermicien connaît la législation et vous permet de respecter la RT 2012.

Les trois calculs réglementaires

La RT 2012 pose des exigences en matière de conception bioclimatique, mais aussi de résultats. C’est pourquoi les calculs restent une indication large. Ils sont un simple indicateur de la qualité environnementale du bâti. Ils ne doivent pas se substituer à une réflexion de fond sur les solutions techniques à mettre en oeuvre pour isoler et aménager les lieux.

La performance du bâtiment

Le thermicien calcule le coefficient du Besoin Biologique (Bbio). Il doit être inférieur au seuil maximal appelé coefficient Bbio max. C’est un indice de la conception bioclimatique du bâtiment.

Pour une maison individuelle, son calcul prend en compte trois éléments :

  • Localisation ;
  • Altitude ;
  • Superficie des planchers, appelée surface SRT ( ex-SHON Surface Hors Oeuvre Nette).

La Consommation en Énergie Primaire ( > 100 m2)

Il ne faut pas dépasser le seuil CEPmax  dans des conditions d’utilisation optimales, dans les domaines suivants :

  • Production d’eau chaude sanitaire ;
  • Chauffage ;
  • Climatisation ;
  • Éclairage ;
  • Auxiliaires (pompes et ventilateurs).

Ce seuil maximal est fixé à 50 kilowatts-heure en Énergie Primaire (EP) par mètre carré et par an (50 kWhEP. m2. an). Il est déjà dépassé si vous possédez une maison individuelle équipée d’une installation comportant un chauffage électrique et un ballon électrique d’eau chaude.

L’ EP est celle qui est disponible dans la nature, avant toute intervention humaine :

  • Mécanique : vent, marées.
  • Thermique : combustibles.
  • Biomasse : bois, produits et déchets végétaux.
  • Chaleur naturelle de l’écorce terrestre (géothermie).
  • Solaire : pompe à chaleur, cellules photovoltaïque.

À titre informatif, la part des énergies renouvelables dans le monde a été estimée à 20,6 % en 2013 par l’AIE.

TIC ( > 100 m2)

Les normes environnementales commencent à intégrer la notion de confort. C’est le cas avec la réglementation concernant la Température Intérieure de Confort. Il ne faut pas dépasser une certaine température après cinq jours consécutifs d’ensoleillement important.

Le seuil maximal TICref ne peut excéder 26°C, ce qui suppose une construction bioclimatique. En effet, l’usage du climatiseur électrique n’est généralement plus envisagé.

L’intérêt financier de la projection thermodynamique

Elle calcule les coûts énergétiques en fonction des différentes installations envisagées. Cette simulation dynamique vous permet un calcul du prix réel de vos futures solutions pour vous chauffer.

Il faut prendre en compte le coût initial de l’intervention du thermicien. Son prix varie généralement entre 300 et 2000 €, selon le projet de construction ou de rénovation.

Il faut ajouter à ce coût initial les économies réalisées dans le futur par les technologies que vous aurez choisies en concertation avec le thermicien et le maître d’oeuvre.

Un bilan themographique de qualité vous permet de réaliser à long terme des économies bien supérieures au montant initialement dépensé.

Il faut ensuite ajouter les mesures fiscales permettent de bénéficier de déductions d’impôts pour certaines installations comme les panneaux photovoltaïques. Il s’agit du Crédit Impôt pour la Transition Énergétique (CITE).

Les perspectives de la RT 2018 se situeront dans le prolongement de la RT 2012 pour réaliser les objectifs fixés par la loi sur la Transition Énergétique, issue du Grenelle de l’Environnement. Le label « énergie-carbone » est à l’essai sur des bâtiments pilotes.

En conclusion, n’hésitez pas à demander un devis pour évaluer le prix initial de votre évaluation thermique. Ayez à l’esprit que vous pourrez réaliser des économies à long terme. Les factures se trouvent réduites par les propositions adaptées du thermicien et les incitations fiscales de l’État. Le bénéfice en terme d’environnement, de bien-être et de santé, est plus difficile à chiffrer. Il n’en demeure pas moins que c’est un facteur à ne pas négliger.

Editeur